samedi 24 octobre 2020
Artem la revue

Inside Down = Open up : Émilie Nguyen Van expose à la Garde

Nouvelle exposition à la Galerie G

Inside Down = Open up : Émilie Nguyen Van expose à la Garde.

La Galerie G, l’espace d’exposition du complexe Gérard Philippe, qui ambitionne de montrer des productions d’Art contemporain qui reflètent particulièrement les préoccupations actuelles, nous propose de nous faire découvrir le travail de la jeune plasticienne Émilie Nguyen Van

L’éthique est la base de la réflexion dÉmilie Nguyen Van, plasticienne déjà exposée à la Garde lors du Thém’Art #6 Révolution(s) de février 2018.
Diplômée de l’Université de Provence – Aix-en-Provence où elle a obtenu son master en 2012, cette artiste pratique divers médiums, et propose cette fois un travail d’une incroyable gravité qui joue avec les images mentales.

Des photographies organisées comme un album personnel, retracent sa propre mythologie, inspirée des « Mythologies individuelles » d’Harald Szeemann (Documenta 5 – 1972). Sont-elles vraies ces scènes de sa série « A côté d’eux, À côté de » (2011) où elle se représente au côté d’artistes célèbres (Louise Bourgeois, Sophie Calle, Francesca Woodman…) ? On l’envierait presque…Mais nous restons en alerte : les images ont tant de pouvoir…

"A côté d'eux, A côté de" 
(Extrait - L'artiste avec Louise Bourgeois - 2011)

Nous nous retrouvons au pied du mur, face à « Al » (2016), œuvre singulière qui prend la forme d’une seringue (un vaccin) contenant de l’aluminium. « Al » …un gentil surnom pour un ami qui vous veut du bien. Ou pas…

"Al" (2016)

Nous sommes invités à déjeuner. La table est dressée. Un drap blanc (un linceul ?) la recouvre. Huit assiettes blanches, toutes différentes, attendent sagement les convives. Approchons : au creux de chaque assiette, est inscrite une liste de colorants, de conservateurs, de « E » …L’aliment a disparu au profit de l’élément, du numéro de nomenclature, du poison. « Addictifs » est le nom de cette pièce. Mortelle.

"Addictifs" (extrait - Installation, table, céramique et bois, 2017)

La mort rôde aussi dans ces morceaux de ruches que l’artiste a récupérés chez un apiculteur après un épandage de pesticides. Elle nous donne à voir les insectes figés dans leur agitation, dans leur grouillement, dans leur multitude : l’instant les a statufiés, médusés et nous aussi nous en restons bouche bée, par osmose…

"Néonicotinoïde" (assemblage, abeilles, résine, 2016)

D’autres abeilles, captives de sphères, pourraient être ludiques. Mais le jeu sur lequel se trouvent ces sphères est un « Solitaire » (2016). Quelle abeille gagnera la partie ? La vie de ces abeilles ne serait-elle qu’un jeu au titre évocateur : « Néonicotinoïde » (2016) ?

"Solitaire" (assemblage, abeilles, résine et bois, 2016)

Émilie Nguyen Van a placé 2 sièges devant l’œuvre suivante. Asseyons-nous. Face au sujet. C’est confortable, même pour les personnes fatiguées ou âgées. Il faut en tenir compte ! (Je cite l’artiste). Devant nous, un paysage campagnard, enchanteur. Nous allons pouvoir respirer un peu !
Posés en quinconce sur un tapis de faux gazon, des blocs de verre transparents. Le tapis vert de ce « Greenwashing » (2016) est fabriqué à base de bidons de plastique recyclés. Ouf ! Mais sur les blocs de verre, apparaissent délicatement dessinés, les contours évanescents d’élégants insectes et autres lépidoptères. Nous ne les avions pas remarqués. Nous n’avions pas remarqué la discrète disparition de ces petits fantômes, cette « Crystallization » (2018).

"Crystallization" (installation, blocs de verre, tapis de faux gazon)

Nous suivons l’artiste vers deux représentations humaines, des silhouettes d’enfants, sur lesquelles sont dessinées des cibles. Des flèches y sont accrochées ; une autre tombée au sol n’a pas atteint son but ; une autre encore y gît, cassée. Émilie lance une flèche. Rate son coup. Recommence. Cette fois sa flèche atteint l’enfant. Pas au cœur. Sous l’aisselle. C’est moins grave… Mais il s’agit de toucher l’enfant. Il doit recevoir, être marqué (je cite l’artiste). Le corps aurait-il une fonction de connaissance ? En serait-il un vecteur ? La violence de l’acte fait évoquer par l’artiste, celle qu’elle a subie en tant qu’enfant dyslexique, lors de ses apprentissages scolaires. La « National Education » (2018) toucherait-elle le fond, « l’Inside Down » ?

"National Education" (2018)

Il sera encore question de corps, lorsqu’Émilie Nguyen Van va sortir un petit bol rempli de pigments verts colorant de la farine. Elle nous invite à ôter nos manteaux, à remonter nos manches, et, après qu’elle a plongé la main dans la poudre verte, vient toucher notre bras. Un regard l’accompagne. Le temps disparaît. Nous lui rendons son geste. Quel rapport avons-nous avec l’œuvre ? Nous sommes dans l’œuvre. Nous sommes l’œuvre en train de se faire. Nous la sentons. Et nous la transmettons, en touchant à notre tour nos voisins, nos amis, venus avec nous au vernissage. Pour comprendre l’essence d’une chose, l’artiste propose de s’en approcher, …mais aussi de la ressentir. La performance signe le « Trait d’union ».

Emilie Nguyen Van et ses pigments verts !

Cette exposition d’Émilie Nguyen Van, bilan sociétal lucide et qui ne cache rien, ce qu’il y a là, à l’intérieur (Inside Down), comme ce qui ouvre et nous ramène vers le haut (Open up), ne peut que nous bouleverser. Et nous apprendre à (mieux ?) regarder.

Photos : Emilie Nguyen Van & M. Lacour

Exposition du 9 au 18 novembre 2019
Entrée libre

La Galerie G
Complexe Gérard Philipe
Rue Charles Sandro
83130 La Garde
Horaires :
Mardi, mercredi, vendredi de 10h à 12h et de 14h à 18h
Samedi 9h à 13h (fermé lundi, jeudi, dimanche et jours fériés)

Émilie Nguyen Van :
www.vahinesidem.com

Like this Article? Share it!

About The Author

Votre commentaire

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
rfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-slide