lundi 10 août 2020
Artem la revue

Le nouveau quartier Chalucet transfigure le cœur de Toulon

A une centaine de mètres de la gare de Toulon, sur un terrain en pente longtemps resté en friche, le nouveau quartier Chalucet rassemble, dans un splendide jardin de 3,5 hectares, plusieurs écoles, une médiathèque, une pépinière d’entreprises, des bureaux et des logements. Les premiers bâtiments ont été inaugurés le vendredi 17 janvier, les derniers devraient l’être avant la fin de l’année.
Patchwork photographique du jour de l’inauguration

La réussite de cette opération, qui apporte à la ville une centralité nouvelle, accueillante et séduisante, est à mettre au crédit de Corinne Vezzoni et de ses équipes. Urbaniste en chef du projet et architecte de la plupart des bâtiments qui le compose (elle est associée à l’architecte Christian Devillers et aux paysagistes de l’agence HYL), cette Marseillaise d’adoption a toujours considéré d’un seul tenant l’architecture, le paysage et l’urbanisme. Aux antipodes de la logique, dominante en France, des ZAC (zones d’aménagement concerté), où chaque architecte doit s’inscrire dans un tracé urbanistique pensé par un autre. Ravivant l’histoire de cette parcelle sur laquelle s’était implanté, à la fin du XVIIe siècle, l’hôpital de la Charité, et où la Marine royale installa, un siècle plus tard, un jardin d’acclimatation de plantes exotiques qui inspira de belles rêveries à Gustave Flaubert, elle lui a donné les qualités d’un amplificateur urbain.

Les artères qui butaient, jadis, sur ses flancs s’y branchent directement, désormais, par le biais d’une série de portes, de grilles, de porches et se prolongent dans le jardin. De multiples circulations relient ainsi le désordre du tissu urbain qui s’étale à l’ouest du jardin et le quartier très haussmannien, tout en rationalité orthogonale, que borde, côté est, la rue Chalucet. A l’intérieur, le long de cette rue qui descend vers la mer, de longs bassins très fins filent entre les bananiers, les orangers, les palmiers, les strelitzias, les orchidées, les nénuphars, les petits bosquets de plantes médicinales… Le reste du jardin se déploie librement autour de vestiges du passé – ici un kiosque à musique, là un monument aux morts, là encore un bassin d’irrigation datan du XIX siècle.

Par

Like this Article? Share it!

About The Author

Votre commentaire

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
rfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-slide