jeudi 12 décembre 2019
Artem la revue

Théâtre Galli : Foule pour assister à l’émouvant hommage à l’abbé Georges Galli, curé de Sanary, « De l’écran à l’autel » d’Yves Stalloni

« De l’écran à l’autel »… cela peut paraître bien énigmatique… Or, il s’agit du titre du livre que vient de publier Yves Stalloni, universitaire, professeur de littérature, membre éminent de l’Académie du Var et écrivain qui avait récemment publié « L’Homme des phares ».

Michel Pacha, illustre personnage de Sanary qui fit la gloire du joli port du Sud, œuvrant bien involontairement à accroitre la réputation de sa ville et celle de La Seyne/mer jusqu’au Bosphore dans le but d’éclairer les côtes méditerranéennes ! Porteur de lumière ! Une réalisation fabuleuse dont les navigateurs bénéficient aujourd’hui encore !

La double carrière de l’abbé Galli a lui aussi laissé son empreinte, certes d’une autre façon…

Ce héros de « L’homme à l’Hispano », film du cinéma muet, acteur si beau qu’il était alors comparé à Rudolf Valentino, fut en plein succès touché par la foi à l’âge de 27 ans !

Il abandonnera le cinéma et sa fortune pour se tourner vers le séminaire.

Curé de Sanary, il œuvra beaucoup pour la jeunesse, fit construire pour les moins aisés cette « Cité de la jeunesse » où se trouve ce théâtre qui aujourd’hui porte son nom ! Il invitait les jeunes à participer à des colonies de vacances dans les Alpes, offrant de ses deniers le séjour à tous ceux qui n’avaient pas les moyens de partir car il estimait que ce séjour en montagne leur serait bénéfique ! Il savait rassembler, stimuler, encourageait et organisait des ventes de charité… Humaniste, lui-même très charitable, il utilisait ses relations pour procurer du travail aux chômeurs, aux pauvres. Son mot-clef : « Charité » !

-Nous nous sommes saisis du moment de la sortie du livre d’Yves Stalloni pour évoquer la mémoire du Chanoine Galli » commenta en présentant l’écrivain, Jean Picano, président du CERPS.

« Tourmenté, des parents émigrés d’Italie, il voulait tourner une page, s’intégrer en France et pensait qu’il ferait sa reconstruction tout seul… Il connut et surmonta l’épreuve du monastère, du couvent. L’église le voyait d’un mauvais œil ! Ce livre veut montrer comment une personnalité se construit. Comme Michel Pacha, Georges Galli fut d’une grande générosité. Illumination personnelle : il a tout donné aux autres !

« Ce film est un préambule à la compréhension du personnage » commente Yves Stalloni heureux de voir au premier rang toute la famille du chanoine Galli, venue spécialement du Lac Majeur pour assister à l’hommage.

Onze cousins auquel le maire de Sanary, Ferdinand Bernhard, offrit au nom de la ville « De l’écran à l’autel »  le livre d’Yves Stalloni.

– Ils nous avait tous mariés » nous confie, heureuse de ce moment, sa cousine Luciana. Et de ponctuer, montrant fièrement la bague qui orne son auriculaire « C’est un cadeau de mon cousin Georges Galli. Il l’avait donnée à ma mère pour moi ! »

Elle ne l’a depuis jamais quittée…

Yves Stalloni raconte le parcours original de cet acteur devenu prêtre, homme éminemment charismatique qui changea la physionomie d’une ville, fut un lien solide entre paroissiens et citadins, donna tout son amour, ses biens et qui laisse notamment un théâtre qui porte son nom… L’ecclésiastique rejoint par la comédie !…

Lire « De l’écran à l’autel » publié chez Publilivre.

Yves Stalloni, auteur, Jean Picano, président du CERPS
L’auditoire, famille italienne au premier rang, le maire Ferdinand Bernhard

les cousines du chanoine Galli Luciana et Maria Gabriella (ci desous)




Like this Article? Share it!

About The Author

Votre commentaire

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
rfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-slide